Présentation

Tiens, revoilà une Trident chez Triumph ! La marque anglaise a profité de la torpeur aoûtienne pour (virtuellement) présenter à la presse un prototype non roulant qui risque de faire parler dans les chaumières.

Le prototype conçu par une équipe Triumph dédiée dans ses locaux anglais, à Hinckley. Dans cet « océan de blanc », le moteur 3-cylindres qui l’équipe n’en ressort que mieux… Notez le très court échappement (comme sur les roadsters concurrents) et le bras oscillant spécifique.

Trident, un nom légendaire
Sa particularité, outre d’être quasi tout de blanc vêtu ? Il est apparemment très proche, côté look, d’un roadster qui arrivera en concession au début de 2021 sous ce nom de Trident. Et tentera de marcher sur les plates-bandes des Yamaha MT-07, Kawasaki Z 650 et Honda CB 650 R, des motos nommément citées par Triumph dans son argumentaire officiel. Autrement dit les roadsters cadors de la catégorie, qui pointaient respectivement aux 3e, 8e et 10e places du marché français à fin juillet 2020.

Trident sonnera évidemment aux oreilles des connaisseurs, mais sans doute moins, ou pas du tout, à celles de la jeune génération motarde actuelle à laquelle s’adresse cette moto avant tout. Les connaisseurs se souviendront que la Trident, première du nom, apparut à la toute fin des années 1960. Puis réapparut en versions 750 et 900 cm3 (photo ci-dessous) au début des années 1990 lors de la renaissance de Triumph (qui avait cessé son activité en 1980) sous la géniale impulsion de l’homme d’affaires anglais John Bloor.


La Triumph Trident 750 lancée au début des années 1990. Elle était équipée d’un 3-cylindres particulièrement séduisant.

Conception anglaise, design italien
Le prototype dévoilé le 21 août a été dessiné par le designer Rodolfo Frascoli, avec lequel Triumph a déjà travaillé, notamment pour les récentes Tiger 900. Et auquel on doit, entre autres, la nouvelle Suzuki Katana, les Moto Guzzi Breva, Griso, Norge et Stelvio, ou encore la Moto Morini Corsaro 1200.

Son objectif n’a apparemment pas été de revisiter le passé, mais de faire une Triumph « d’aujourd’hui », à même de séduire une clientèle urbaine, mais pas seulement. Le prototype présenté est volontairement dépouillé, notamment dans sa partie arrière, minimaliste. Le châssis est annoncé « totalement nouveau », les jantes sont à cinq bâtons et des échancrures pour les genoux dans le réservoir sont nettement marquées.

Pour le reste, aucun détail précis n’a été communiqué, si ce n’est que la Trident 2021 sera motorisée par un 3-cylindres, comme ses aînées éponymes. On ne connaît pas encore la cylindrée de cette nouvelle variante spécialement développée du “triple” cher à la marque (avec un travail effectué sur couple et puissance), mais on peut penser qu’elle tournera autour de 750 cm3. La Trident sera aussi disponible en version A2.

Moins de 8 000 € ?
Si Triumph a bien communiqué sur la période de commercialisation - début 2021, donc - de cette future Trident, il a refusé d’en donner le prix. Mais on peut l’estimer à moins de 8 000 € - évidemment pile-poil dans le créneau tarifaire de ses concurrentes -, ce qui en ferait la moto la moins chère de la gamme Triumph. Elle sera fabriquée en Thaïlande, comme la quasi intégralité des autres Triumph actuelles.

Détails techniques, spécifications définitives et prix devraient être communiqués « bientôt »

Publicité

Commentaire (0)