JPEG - 48.2 ko
Le podium de cette 70e édition du Bol d’Or devrait revenir à l’une de ces machines. Mais celles qui ont une réelle chance sont les deux Suzuki officielles et la Yamaha N°94.

Lutte pour le podium

La lutte pour le podium du Bol s’annonce toujours aussi serrée entre les deux Suzuki du SERT et la Yamaha du GMT 94 soutenue par la Mutuelle des Motards.

La Suzuki N°1 du SERT se bat sur le front du championnat du monde nouvelle formule. Elle domine aisément ce dernier, dans la mesure où elle n’a pas d’adversaire de sa trempe. Mais confrontée aux meilleurs, comme à Suzuka, la machine officielle de l’importateur français a montré ses limites.

Pour l’instant le seul équipage à lui donner la réplique au championnat est la Yamaha Austria N°7, qui est distante de 28 points et occupe la deuxième place du classement. Un gouffre !

Mais pour ce Bol d’Or, le seul team a pouvoir lutter à armes égales avec Suzuki est bien celui de la Yamaha N°94 (cette machine ne participent qu’aux deux épreuves française du championnat). Après les essais pré-Bol, Christophe Guyot a décidé d’intégrer dans son team Didier Van Keymeulen. Le jeune Flamand connaît bien les Pirelli qui équipent la Yamaha, puisqu’il a gagné le titre européen de 1000 Superstock en 2005 avec ces gommes. Malgré son jeune âge (23 ans), il possède déjà une expérience en Endurance, puisqu’il a roulé une fois aux 24H d’Oschersleben.

Les autres challengers que sont la Honda N°55 de National Moto et la Kawasaki officielle N°111 ne sont pas à la hauteur des deux leaders. Pour une question de budget, la machine victorieuse des 24H du Mans 2006, engage exactement la même moto sans amélioration d’aucune sorte. « Les seules choses sur lesquelles on a travaillé, c’est la rapidité dans le ravitaillement, notamment le changement de roues, sur lequel on peut gagner 3 à 4 secondes », explique Christian Lavieille, le team manager de Honda.

Quant à la Kawasaki N°111, elle n’est pas en mesure d’aller chercher les Suzuki, puisqu’elle tourne une seconde moins vite que les motos bleues et blanches.

- Voir aussi : Bol d’or 2006 : retour d’une Ducati en endurance

- Voir aussi les autoroutes gratuites pour aller au Bol

Publicité