Malgré les intempéries, l’interdiction de traverser Bordeaux et Nice et de défiler à Strasbourg (le Covid-19 sévissait déjà dans l’est de la France), l’association « Toutes en Moto » (TEM) a dignement fêté ses 10 années d’existence dimanche 8 mars 2020.

Villages et défilés
À Strasbourg, Bordeaux, Lyon, Nîmes, Laval, Paris, Vichy et Orléans, un village avait été installé avec des concerts, des flashs mobs, de la restauration, des essais de maniabilité, des tombolas ainsi que divers stands de partenaires.
Et surtout, ne dites pas que TEM c’est simplement des défilés de nanas à moto. Depuis l’origine, les organisatrices mettent un point d’honneur à placer sur le devant de la scène des associations de défense des droits de femmes.

Solidaires
Pour l’édition 2020, « Femmes Solidaires » a été placée sous les projecteurs. Cette association défend les valeurs fondamentales de laïcité, de mixité, d’égalité pour les droits des femmes, de paix et de solidarité. D’autres associations, en province, ont pu prendre part à l’événement. Ainsi Nîmes avait invité « Via Femina Fama » qui œuvre pour la reconstruction des femmes victimes de violences au travers d’une écoute, d’un accompagnement, mais aussi d’activités de détente. Orléans, de son côté, s’est rapproché de « Féminité Sans Abri » qui lutte contre la précarité en collectant des produits de soins et d’hygiène et en distribuant des kits d’hygiène aux personnes les plus démunies.

Des femmes fières
Malgré la pluie incessante dans la plupart des villes, les femmes (et quelques hommes) ont pu, quand cela était permis, sillonner les rues en musique, dans la joie et la bonne humeur sur leurs fiers destriers ornés de ballons roses. Elles étaient 750 à Lyon, 350 à Vichy et à Nîmes, 300 à Strasbourg, 250 à Orléans, 200 à Paris, Laval et Bordeaux. Paris a par ailleurs comptabilisé près de 2000 visiteurs sur le village installé quai Branly. Pour la première fois, le cortège parisien a pu emprunter les Champs-Élysées, la place de la Madeleine, la Concorde avant de faire une halte à la Cigale, où se produisait Agnès Bihl, une artiste engagée pour le droit des femmes. Le concert était organisé par « Femmes Solidaires ».

Un cadeau
Pour en savoir plus sur TEM, on vous invite à retrouver dans le Moto Magazine d’avril (n°366) , l’interview d’Anne Sixdeniers, coprésidente fondatrice de « Toutes en Moto ». Profitez-en, la version numérique de Moto Magazine est mise à disposition gratuitement en cette période de confinement.

[(

3919 un numéro à connaitre

Message important
À l’heure où nous subissons une crise sanitaire sans précédent, avec ce confinement subi par beaucoup, il est fondamental de rester solidaire. Il faut, malheureusement, aussi porter une attention toute particulière à ces femmes et ces enfants qui peuvent se retrouver dans des situations critiques de violences familiales. Le confinement ce n’est pas fermer son cœur !
Numéro d’urgence femmes battues : 3919)]

Publicité

Commentaire (0)